2ème session de recrutement - voie Recherche

7 juin 2016
La deuxième session de recrutement de la voie Recherche du parcours 124 se fera uniquement via...
Accueil > Formation > Work Shop « art et comptabilité »

VENIR À DAUPHINE

Université Paris-Dauphine

Place du Maréchal de Lattre de Tassigny

75775 Paris Cedex 16

Tél. : 01 44 05 44 05

Fax : 01 44 05 49 49

Téléchargez le plan d'accès

Contact

Responsables :

Pierre LABARDIN
pierre.labardin@dauphine.fr

Gwenaëlle NOGATCHEWSKY
gwenaelle.nogatchewsky@dauphine.fr

 

Secrétariat :

Isaure MAURY
isaure.maury@dauphine.fr
Tél : 01.44.05.47.97
Bureau : D 418

ART&FACTS Workshop


Cela devient rituel et la marque de ce master, unique : la première semaine de septembre, le parcours 124 débute par un workshop de 4 jours, animé par un artiste, également spécialiste du management, et consultant en organisation.


Les objectifs de ce work shop sont triples :

  1. Initier en début de master 2 une dynamique créative et un regard renouvelé sur la comptabilité, le contrôle et l’audit
  2. Etre un séminaire d’intégration efficace
  3. Produire une exposition d’œuvre d’étudiants (collectives) avec un vernissage le dernier jour du workshop. Ce vernissage réunit plus de 100 personnes parmi lesquelles le Président de l'université Paris-Dauphine, des directeurs de master, des critiques d’art, etc.

 

Créations Art&Facts


Pourquoi associer art et comptabilité ?


Associer l’art et la comptabilité peut paraître surprenant à première vue. La comptabilité, l’audit, le contrôle semblent les symboles d’une rigueur quand l’art ouvre, au contraire, un espace de liberté loin des normes. Et pourtant…


Ce workshop vise à initier chez des étudiants en début de master 2 une dynamique créative et une réflexion de fond sur l’audit, le contrôle, la comptabilité. Il s’est agi dans les sessions précédentes d’interroger des notions centrales : le rôle du chiffre, du contrôle, la posture des contrôleurs de gestion, la prise de risque, la fraude, les normes comptables….. A l’heure où l’innovation, la créativité sont présentées comme les seules voies de sortie de crise, nous souhaitons, par cette expérience, inciter les étudiants à ne pas se conformer aux modèles mais à les questionner, les critiquer, les dépasser pour être capables, dans leur vie professionnelle, d’en proposer de nouveaux.


Le parcours 124 – Conseil et Recherche en Audit et Contrôle- est, de par ses origines, un master 2 qui propose une formation par la recherche. Les techniques de la comptabilité, du contrôle et de l’audit y sont enseignées non seulement comme elles devraient être, mais aussi comme elles sont conçues, vécues dans les entreprises, distordues parfois. C’est donc, tout naturellement, que ce projet innovant s’inscrit dans ce parcours.


Derrière ce projet, se cache un pari. À ces étudiants habitués à apprendre des normes, à s’y conformer ou à en jouer, nous avons voulu l’espace d’une semaine offrir une autre expérience. Apprendre à travailler et à réfléchir ensemble, autrement, dans un univers qui leur semble parfois étranger, voire hostile, en tout cas si loin de la comptabilité. C’est l’occasion, pour eux, de vivre une expérience unique, de mieux comprendre leur discipline et leur motivation, mais aussi d’apprendre à travailler, avec rigueur et exigence, dans un contexte très incertain.

Retour d’expérience de Philippe MAIRESSE, animateur du workshop




Créer quand on pense qu’on en est incapable. Découvrir comment le passage par la création permet d’explorer avec rigueur des notions complexes. Confronter ses points de vue. Se découvrir soi-même d’une autre façon dans le cadre d’un travail de groupe : voici quelques-uns des apports de ce workshop. Mais le plus bel apport qui soit, c’est celui que tous construisent ensemble, et qui se révèle le jour du vernissage ; ce moment où les œuvres crées valent bien des expositions de professionnels, où elles nous parlent et nous regardent. Cela nous regarde tous !

Le temps est compté : quatre petites journées, à partir du du mardi matin 10h00, découverte du programme, au vendredi à 16h00, vernissage de l’exposition des œuvres réalisées.


Je tourne de groupe en groupe, donne mes impressions et mes conseils, contradictoires ou convergents. Les tensions apparaissent, les crises surgissent, les problèmes se déplacent, les solutions heureusement poussent comme des champignons : à 15h le vendredi chacun est prêt, connaît sa tâche pour l’heure qui vient.


La répartition de l’espace d’exposition entre les cinq groupes, l’installation des œuvres, l’arrivée du traiteur et la mise en place du buffet, les hésitations et les reprises de dernière minute, les soudains revirements : et finalement les premiers visiteurs, guidés par les créateurs devant les ouvres, qu’ils commentent, expliquent, les œuvres qu’ils ont eux-mêmes conçues, mais qu’ils découvrent vraiment à ce moment.


Un étudiant dira : « on ne se lasse pas de regarder ce qu’on a créé, on y lit encore d’autres choses ».
Les productions sont variées, très différentes les unes des autres. Un point commun cependant, qui n’avait pas été imposé : pas d’image, ni photographie, ni collages, ni dessin. Mais volumes, espaces, extensions ou concentrations, corps, objets, contenants et contenus. Les symboliques convoquées vont des plus directes aux plus conceptuelles, les réalisations se sont adaptées aux capacités des uns et des autres. Un sans-faute, une critique et historienne d’art invitée dira : sur ces cinq œuvres, trois méritent de figurer dans les meilleures expositions.


Le sens de ces œuvres, les prises de position qui ont été énoncées en début de workshop, sont (étonnamment ?) plutôt décalées : la domination du chiffre doit être renversée, la séduction esthétique des scandales financiers attire, le changement déçoit toujours, les normes sont à doubles tranchant, la responsabilité sociale une façade…


 

Mais au lieu d’asséner ces « vérités » discutables, les œuvres les complexifient, les nuancent de leurs contraires (le chiffre est d’or et de carton, les outils les plus utiles sont les plus dangereux, le local est bancal mais central,…). Elles touchent les visiteurs, qui les apprécient à la fois comme une véritable exposition artistique et comme une réflexion sur la gestion. Ils ont leurs critiques et leurs préférences, pour l’une ou l’autre des œuvres, mais tous avec cœur, enthousiastes et impressionnés, néophytes comme artistes établis, étudiants comme enseignants, extérieurs ou concernés.

Pari gagné. Compatibilité art / comptabilité prouvée, cette fois au moins. A vous de créer…